Elsa Muse pour Made by Sarenza

3 questions à Elsa Muse, Cendrillon pop pour Sarenza

Créatrice touche-à-tout, papesse du DIY, à la tête depuis deux ans du Studio Mumuse où elle conçoit tous ses projets bien entourée, Elsa Muse s’impose désormais comme la directrice artistique que tout le monde s’arrache. Après une collaboration très graphique avec Elise Chalmin (sortie en septembre), Made by Sarenza a laissé carte blanche à Elsa Muse pour une collection très spéciale : 5 modèles en PVC, clin d’oeil aux années 60, tous décorés de la patte pop d’Elsa.

Comment est née cette collaboration ?

Tout a commencé par un direct message sur Instagram. À travers une personne qui s’occupe des  relations presse digitales de Sarenza, la marque m’a demandé si une collaboration m’intéressait. J’ai dit oui tout de suite, je trouvais que les univers de Made by Sarenza et Elsa Muse – coloré, fun, pop –   se mariaient bien. Je n’avais jamais fait de co-création de ce type là pour des chaussures. C’était un  vrai challenge, mais la marque m’a laissé carte blanche avec pour seule consigne la création de 5 modèles.

NATURE-MORTE

Quelles ont été tes inspirations ?

Dans mon identité graphique, il y a trois formes (une bouche, un sourcil et une forme ovale) et cinq couleurs : les trois couleurs primaires plus le blanc et le noir. Avec cette palette s’ouvre un champ infini de combinaisons. J’ai imaginé un pied « page blanche » que traduit la transparence, sur lequel je viens dessiner avec mes formes et mes couleurs.

J’ai pensé à la chaussure « Cendrillon » en utilisant la transparence.

Il y a trois escarpins dont les formes ne recouvrent pas les mêmes zones du pied et deux bottines très années 60. J’adore cette époque, les marques comme Courrèges, Paco Rabanne… Le PVC est aussi un clin d’œil à leurs créations. J’ai aussi pensé à la chaussure « Cendrillon » en utilisant la transparence. Je trouve qu’il y a un côté précieux, qui met vraiment le pied en valeur, allonge la jambe ; c’est très féminin. D’ailleurs, pour monter les marches du Festival de Cannes l’année dernière, je m’étais acheté des chaussures en PVC qui faisaient vraiment ballerines de Cendrillon. S’il y a un accessoire dans lequel je mets beaucoup d’argent, ce sont les chaussures. J’adore ça.

On les porte comment ?

Avec un jean, avec une robe, le jour, le soir… On peut justement les porter avec tout grâce à leur transparence, elles sont très caméléon !

PORTRAIT-ESCARPIN-ROUGE

Elsa Muse x Sarenza, à partir de 109€.

Laisser un commentaire