La coupe courte de Jeanne

Je n’ai pas connu Jeanne avec les cheveux longs, mais l’idée m’est aussi étrange que d’imaginer mes parents ensemble : ça ne peut pas coller. On s’est rencontrées lors d’un voyage presse à Cannes (depuis on a du mal à boire autre chose que du champagne quand on se voit), et j’ai tout de suite été impressionnée par son allure. Une silhouette fine, un visage harmonieux sur lequel se lit une forme de malice, et une coupe courte qui donne envie de prendre rendez-vous chez le coiffeur dans la seconde. Avant de se remémorer cette coupe « courte » – entendre « ratée » – qu’on voulait à tout prix adopter avant la rentrée de 5e et qui nous a valu de porter une casquette tous les jours de septembre à janvier. Alors soyons réalistes : pour porter aussi bien la coupe courte que Jeanne, il faut certes un visages aux traits fins et réguliers (c’est du moins ma conviction), mais aussi une certaine nature de cheveux (ça, ce n’est pas moi mais les coiffeurs qui le disent). C’est ce que Jeanne m’a confirmé en me livrant le récit de son passage au court. Attention, en lisant cet article, vous risquez d’avoir très très envie de sauter le pas.

img_2921
©MLB

LA DÉCISION C’était il y a trois ans. Je suis allée dans un salon de coiffure pour tester les prestations en vue d’un article. Je me suis retrouvée entre les mains d’une personne qui avait beaucoup d’ego et était très sûre d’elle. Elle a décidé qu’elle savait mieux que moi ce qui m’irait. Elle ne se trompait pas tant que ça, parce que j’ai gardé la coupe courte, mais sur le coup je n’étais pas prête à ça du tout. Je venais d’avoir mon deuxième enfant, j’étais fatiguée, je me cachais un peu derrière mes cheveux, mi-longs, aux épaules, un peu plats… Mais ça me permettait de me faire des chignons et de ne pas me prendre la tête, ce qui est primordial quand on a des enfants.

La coiffeuse m’a dit : « Ferme les yeux, laisse toi faire ». Avant de les fermer, j’ai vu un premier coup de ciseaux très proche de la tête et je me suis dit que c’était foutu. J’ai trouvé ça très violent mais je me suis laissée faire. Je n’ai pas ouvert la bouche pour dire : « Stop, on arrête tout ! ». J’ai quand même tenté de m’assurer qu’elle me laisserait assez de longueurs pour pouvoir les attacher, et à partir de ce moment, la coupe courte s’est transformée en… mulet :  cheveux courts sur le dessus, longs dans la nuque. Je me suis sentie presque brutalisée. J’ai pleuré pendant deux jours, je n’ai pas dormi pendant deux nuits, et j’ai fait l’erreur d’aller chez le premier coiffeur venu pour rattraper la coupe. J’ai fini par aller chez David Mallet en me disant que ne n’avais pas d’autre choix que de faire du court un parti pris. J’ai décidé d’assumer, de me convaincre que c’était ce que je voulais. J’ai eu la chance de passer dans les mains d’Etienne qui m’a fait une super coupe. Je l’entretiens depuis chez mon coiffeur que j’adore, Thomas au salon Jean-Marc Joubert.

Je suis passée d’un changement radical subi à un choix assumé.

AU FIL DU TEMPS Aujourd’hui j’en ai fait ma coupe signature. Tout le monde me complimente dessus, y compris les grands coiffeurs que je suis amenée à croiser dans mon travail. Et quand je vois des photos de moi avant, je me dis que je suis mieux avec les cheveux courts. Mais ça a été un long chemin : je suis passée d’un changement radical subi à un choix assumé. Je me rends compte, aussi, que les gens me pensent plus sûre de moi que je ne le suis véritablement. Que je m’impose, parce qu’une fille qui a la nuque dégagée, montre ses oreilles, n’a pas peur de se dévoiler, c’est une fille sûre d’elle.

img_2932
©MLB

L’ENTRETIEN Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une coupe courte demande de l’entretien. Il faut la retoucher toutes les quatre à six semaines environ. À mon sens, il faut aussi contrebalancer la coupe en soignant ses tenues, en se maquillant…

MILITANTISME DE LA COUPE Je milite pour le retour de la coupe, et je crois que ça manque aussi aux coiffeurs. Aujourd’hui ils font du coiffage, du brushing, de l’entretien de cheveux longs… Les filles ont désormais pour la plupart les cheveux longs, un peu wavy, alors qu’une véritable coupe renforce l’identité, c’est une vraie signature.

Laisser un commentaire